Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Jean François Duchamp

Ce blog vous fait partager mes goûts et mes découvertes artistiques, musicales, humaines et spirituelles.

Publié le par Jean François Duchamp

Premier prix du Concours international de Genève 2012, il a raflé en plus tous les prix spéciaux. Il est né à Lyon en 1992 (il a 22 ans). Un jeune homme presque timide, d'une grande simplicité, mais d'une musicalité exceptionnelle. Après un pasage par St Malo, il travaille en Allemagne avec Pierre Laurent Aimard (aussi originaire de Lyon ). Il donnera du Chopin ( il est invité par l' asssociation Frédéric Chopin) et les célèbres Tableaux d'une Exposition de Modeste (!) Moussorgski. un maginfique concert en perspective ! Il vient de sortir un premier CD. A suivre....Vendredi 4 Avril 2014, 20 h Palais de la Mutualité Lyon

Lorenzo Soulès, piano à Lyon ce soir. A ne pas manquer

Lire la suite

Publié le par Jean François Duchamp

Alexandre Astier est passionné par J.S. Bach. L'un de ses spectacles ne s'appelle t il pas "Que ma joie demeure". Il parle de Bach comme expert d'orgue. C'est passionnant. il explique très bien sur l'orgue de de l' Eglise St Bruno de Voiron. S'il donne une représentation près de chez vous , allezle voir !

Lire la suite

Publié le par Jean François Duchamp


1. Cher Joseph RUSCON, vous avez fait un magnifique cadeau à la Maîtrise des Petits Chanteurs de Lyon pour Pâques 2008. Vous avez offert votre orgue personnel ! Que représente-t-il pour vous ? Et pourquoi un tel cadeau ?


En 2007 à 86 ans, pour des raisons de santé et d’éthique, j’ai complètement cessé de jouer après avoir gravé un CD de la musique d’orgue de Georges Muffat, mon orgue devenait alors silencieux.

J’étais très attaché à cet instrument de grande qualité, pour l’acquisition duquel j’ai fait beaucoup de sacrifices, il fut mon fidèle compagnon journalier pendant 35 ans pour mon travail personnel et pour mon enseignement.

Au lieu de laisser l’orgue muet se détériorer j’avais d’abord pensé le vendre. Ayant connaissance depuis 1975 du beau et riche travail que de passionnés et valeureux éducateurs dispensaient aux jeunes garçons de la ‘’Maîtrise des Petits Chanteurs de la Primatiale de Lyon’’ et les sachant dépourvus des moyens qui leur permettraient l’achat d’un bon instrument de répétition et d’enseignement, j’ai alors pensé qu’il serait très utile de participer à cette tâche qui fut une des importantes motivations de ma vie. J’ai donc fait don de mon orgue afin de participer à cette mission.

Vous pouvez supposer combien cette décision a été dure à prendre. J’aurais pu attendre mon décès, mais tout compte fait, il est exaltant de voir de mon vivant le bon usage qui en est ainsi fait au service de la formation des enfants et de la musique sacrée. Je suis donc heureux et très serein d’avoir pris cette décision.



2. Vous avez créé la classe d'orgue à Annecy. En quelle année ?
Comment cela s'est il passé
?

En 1953, après l’obtention d’un premier prix d’orgue à l’unanimité dans la Classe du Professeur Jean Giroud à Chambéry, Madame Gaillard qui venait de créer le Conservatoire d’Annecy, m’a demandé d’ouvrir une classe d’orgue. Fréquentée aussitôt par de nombreux élèves, elle m’a vite fait honneur. En 1959 après examen par l’Inspecteur de la Musique, je fus admis à enseigner dans ce conservatoire devenu officiellement en 1969 ‘’Ecole Nationale de Musique d’Annecy’’. Chaque année, de grands artistes sont venus présider les jurys, comme : Pierre Segond, Marie-Claire Alain, Marcel Péhu, Joseph Reveyron, François Bonnal, etc.



3. On dit que vous étiez très exigeant ! Est ce vrai ?

Alors que j’étais élève en ‘’mécanique générale’’ chez l’Abbé Lamache à Lyon, en 1939 à 18 ans, j’ai commencé l’étude de l’orgue avec mademoiselle Defay, organiste de Ste Croix- elle-même élève comme Marcel Péhu du grand organiste Joseph Bonnet et professeur très exigeante Dés juillet, revenu à Annecy la veille de la guerre, j’ai alors travaillé d’arrache-pied l’orgue, le piano et l’harmonie en autodidacte tout en exerçant diverses fonctions me permettant de faire vivre ma famille.

Je n’ai jamais supporté ‘’les visiteurs’’ parmi mes élèves, je les voulais travailleurs et passionnés comme moi, misant tout sur la connaissance et la perfection. Je dois dire qu’à la demande de notre Directrice et encouragé par Olivier Alain (le frère de Marie-Claire Alain) inspecteur de la Musique, j’ai enseigné assez vite conjointement le piano, en insistant beaucoup sur la technique pour n’avoir pas de problèmes de virtuosité, souvent la tare des classes d’orgue. Les élèves passaient semestriellement les mêmes concours que les pianistes en plus des concours d’orgue. Double travail et dur labeur pour les élèves et leur professeur qui n’a jamais pu prendre de vacances, car toujours en préparation d’auditions et concours. En élargissant leurs connaissances, les élèves exerçaient aussi davantage leur sensibilité avec le répertoire de piano. Je leur conseillais aussi le chant choral. Je crois avoir été le seul professeur de conservatoire à avoir eu ainsi deux casquettes. Beaucoup de mes élèves devront à ces exigences de gagner leur vie dans les métiers de la musique, alors que celui d’organiste, sauf rares exceptions, ne débouche en France sur aucun moyen d’existence !

Chaque année je fréquentais les orchestres du Festival de Besançon pour ne pas me scléroser seulement sur la musique d’orgue. Proche de Genève j’ai aussi fréquemment suivi tout ce qui s’y passait.

C’est ce parcours laborieux qui m’a rendu moi-même très exigeant.


4. Vous avez eu quelques élèves célèbres.

Pouvez-vous nous dire un mot sur eux ?

J’ai eu la chance en 1957 de faire travailler au piano pendant quelques années, le célèbre pianiste François –René Duchâble lorsqu’il avait 5 ans, il a appris avec moi beaucoup de technique et ses premières partitions de Bach, Mozart et Beethoven, depuis il ne cesse de me témoigner respect et grande amitié. C’est avec bonheur qu’en 2010, je lui ai cédé mon double piano Pleyel, historique, acquis de Léonce de Saint-Martin en 1960.

Etienne Baillot titulaire de l’orgue historique de Dôle, est sans doute le seul qui fasse une brillante carrière d’organiste concertiste et professeur de conservatoire, nous sommes restés très attachés.

Beaucoup continuent comme pianistes ou organistes mais sont restés amateurs ou sont devenus professeurs de formation musicale de conservatoire, directeurs d’école de musique, professeurs de musique des lycées, des fonctions vers lesquelles, en bon père de famille, je les ai toujours incité à se diriger, leurs études musicales étant en général tardives, je voulais qu’ils puissent vite s’en sortir en gagnant leur vie.

Stéphanie Revidat élève d’orgue et piano depuis l’âge de 8 ans est devenue cantatrice-soprano internationale, elle ne manque pas de témoigner combien sa formation a favorisé ses études de chant et sa carrière.

Professeur de musique au Grand Séminaire d’Annecy – 80 élèves dans les années 50 – j’ai eu entre autre excellent étudiant à l’orgue : Raymond Bouchex qui deviendra Archevêque d’Avignon.

5. Vous avez participé au rayonnement de l'orgue en Haute Savoie. Comment ?

Deux guerres successives n’avaient pas favorisé l’essor de l’orgue dans notre province savoyarde. Dés la fin des hostilités, les paroisses renaissant, les chorales se reconstituant, s’est fait ainsi sentir la nécessité de la construction d’orgues neuves et la restauration de celles existantes. Ma formation technique me prédisposait à m’intéresser à la facture d’orgue et cela me passionnait. J’étais ainsi l’un des rares organistes de la région ayant acquis une certaine compétence en la matière et j’ai répondu à cette demande. Le mouvement était lancé et a donné aujourd’hui une floraison de beaux instruments.

6. Vous vous êtes aussi occupé, je crois, de la Sainte Chapelle à Chambéry.

Dés les années 1960 je fus conseiller artistique des Amis de la Sainte Chapelle et c’est tout naturellement qu’avec mon ami Michel Dumont et toute une équipe dont Marie-Claire Alain, nous avons porté et mené à son terme en 1975, la magnifique reconstitution de l’orgue ducal disparu à la Révolution.

7. Vous avez invité la Maîtrise de la Primatiale pour deux concerts à Annecy et Chambéry avec Patrice Caire. Quel souvenir en gardez-vous ?

Responsable de la programmation des concerts de St Joseph à Annecy et de la Ste Chapelle de Chambéry, j’avais connaissance de la nouvelle notoriété de cette formation dirigée depuis peu par son nouveau Maître de Chapelle Jean-François Duchamp ; j’ai saisi l’opportunité de réserver ces deux concerts qui eurent un succès très mérité.

Par la même occasion, j’ai connu et estimé le grand organiste que fut Patrice Caire, à tel point que je l’ai fait engager à ma suite pour représenter l’école d’orgue française au Festival International d’Orgue de Francfort sur le Main.

Depuis une solide amitié s’est établie avec Jean-François et elle ne s’est jamais départie !


8. Vous étiez organiste à l’Eglise St Etienne du Pont Neuf. Mais pas seulement, vous faisiez chanter le chœur ? Quel souvenir en gardez-vous ?

J’ai toujours aimé chanter. À 9 ans j’étais soliste-alto dans la chorale du Collège Ste Marie de La Roche-sur-Foron. Là, comme à St Joseph de Thonon, j’ai aussi fait partie de la fanfare. En juillet 1941 j’ai été engagé à la Musique Nationale des Chantiers de la Jeunesse Française comme corniste et organiste, j’y ai côtoyé de grands musiciens issus des conservatoires et j’ai pu connaître de l’intérieur les orchestres d’harmonies et symphoniques.

Sitôt libéré, à 21 ans j’ai dirigé mon premier chœur d’hommes ‘’l’Harmonie Chorale d’Annecy’’ que j’ai vite transformé en un chœur mixte de plus de 80 exécutants. J’en ai démissionné en 1945 pour diriger la chorale paroissiale. J’ai alors étudié assidûment le chant grégorien, suivant des cours de Dom Gajard et de l’Institut grégorien de Lyon.

Chaque dimanche en plus de quatre ou cinq pièces d’orgue, nous chantions le Propre de l’office du jour que je dirigeais tout en accompagnant moi-même. Nous chantions Vêpres chaque dimanche et en saison estivale les Complies. Pour les grandes œuvres chorales, mon fils Jacques dès ses 9 ans, m’a secondé à l’instrument.

Rétrospectivement, bien que n’étant pas rémunéré pour mon service, j’ai vécu là les plus belles heures spirituelles et artistiques de ma vie.

J’ai eu aussi de la chance et je n’ai pas peu appris, en m’intégrant souvent à la Chorale Universitaire de Grenoble dirigée par mon Maître Jean Giroud.

Malheureusement dés 1965, après le Concile, un nouveau curé a ‘’bricolé’’ la liturgie, j’ai alors laissé tomber la chorale, puis en 1972 excédé par la désinvolture et la non-concertation, j’ai un dimanche en pleine communion, envoyé le chant (ridicule) imposé par delà la tribune et j’ai définitivement quitté ma console !


9. Vous avez bien connu quelques grands organistes. Pouvez vous nous donner quelques témoignages sur Léonce de St Martin, Pierre Cochereau, Marie - Claire Alain...

Avant tout autre, j’ai été très proche de mon Maître Jean Giroud, il tenait son enseignement de Marcel Dupré et Charles Tournemire, c’était un remarquable pianiste et improvisateur, d’une érudition sans pareille, avec lui nous avons négocié le retour aux sources qui s’amorçait pour l’interprétation de la musique ancienne.

Début 1950 j’ai eu l’opportunité de faire la connaissance de Paul Perrot, négociant à Paray-le-Monial, fou d’orgue, il profitait de son aisance financière pour courir les tribunes. Avec lui j’ai sillonné la France et l’Allemagne. Ayant ses entrées à Notre-Dame de Paris, il m’y emmenait souvent et nous allions ensuite déjeuner avec Léonce de Saint Martin son titulaire. J’admirais de suite le Maître, son sens de la Liturgie, le panache et la justesse de ses interprétations, j’ai encore en mémoire une inoubliable troisième sonate de Mendelssohn et la prodigieuse majesté avec laquelle il jouait l’Offertoire sur les grands jeux de Couperin. Sa Messe en mi me donne encore aujourd’hui des frissons. C’est de là que j’ai aimé et appris à respirer avec les grands instruments.

Après son décès en 1954 c’est tout naturellement que je suis devenu l’ami assez intime de son successeur : Pierre Cochereau, il m’a beaucoup encouragé et souvent invité à jouer en concert son prodigieux instrument.

J’ai bien connu André Marchal, aveugle, je l’avais reçu avec Norbert Dufourcq en 1947 à Annecy et j’ai été invité avec lui comme membre du Jury à Nice en 1967, avec Pierre Sancan et quelques autres grands artistes. Pendant une semaine nous avons jugé les épreuves des claviers et d’écritures et nous avons décerné un premier prix d’orgue à l’unanimité à Scott Ross, devenu un très célèbre claveciniste. J’ai appris de Marchal l’éclectisme du répertoire et le sens de la registration.

Je n’en finirais pas de citer tous les artistes que j’ai côtoyés tout au long de ma longue vie et dont j’ai été souvent l’ami : Jean Langlais qui m’a présenté son orgue personnel et son mythique instrument de Ste Clotilde, il m’a dédié sa ‘’Rapsodie sur des noëls savoyards’’. Joseph Reveyron, l’ami intime qui m’a dédicacé une composition ‘’Divertimento sur des chants savoyards’’, pièce virtuose que j’ai donné en première audition sur l’orgue de la primatiale. Michel Chappuis et les fabuleuses nuits auprès de l’orgue de Dôle. Marcel Pehu et son orgue historique de St François. Gaston Litaize qui m’a marqué par ses exigences de la registration. Pierre Segond, etc. Sans oublier mon cher ami le maestro Roberto Micconi, organiste de San Marco à Venise de qui j’ai beaucoup appris sur la musique et la facture italienne.

Depuis de longues décades, Marie-Claire Alain m’a tout particulièrement honoré de son amitié et m’a toujours prodigué ses plus vifs encouragements.

J’ai butiné chez tous ces grands artistes pour faire le miel de mes connaissances et de ma formation.

10. Bientôt 90 ans ! C'est extraordinaire. La musique conserve bien !
Qu'en pensez-vous ? Quel est le secret d'une telle longévité
?

Pour moi cela aura été un énorme travail, jours et dimanches. Dans mes jeunes années, pendant longtemps j’allais travailler mon orgue à l’église à 4 h du matin et à 6h30 je partais au travail. Toujours avide de nouvelles connaissances artistiques, visant toujours l’excellence, je n’ai jamais négligé pour autant l’amitié et la convivialité. Surtout depuis ma retraite, mes nombreux voyages ont eu une très grande importance pour les connaissances et les richesses intellectuelles que j’en ai retiré, d’autant qu’avec José, ma fidèle compagne, une profonde entente et complicité nous a toujours conduit dans la même orientation. J’ai aimé passionnément la vie.

11. On vous voit souvent aux concerts des Chœurs de la Primatiale, pourquoi ?

Privé en Savoie de la belle liturgie à laquelle je m’étais consacré, j’apprécie depuis des années les cérémonies de qualité à la Primatiale, le travail artistique des différents chœurs et particulièrement celui des garçons sous la direction compétente de Jean-François Duchamp, Maître de Chapelle.


12. Lors de l’inauguration par Yves Lafargue dans les locaux de la Maîtrise entouré de votre famille et de vos amis, qu’avez-vous ressenti ?

Entouré par ma famille, mes amis et toute la Maîtrise, ce fut pour moi une grande émotion, bien sûr ! Mais comme tout nous est confié par le Seigneur, avec ce don, j’ai ressenti cette transmission avec satisfaction et comme une réussite adoucissant mes vieux jours.


13. Vous avez quelque chose à rajouter que vous aimeriez “dire aux jeunes” et “moins jeunes” chanteurs des chœurs de la Primatiale de Lyon.

Membres de la Maîtrise et du Chœur mixte de la Primatiale, quand pour vous viendra aussi le temps du bilan, puissiez-vous être heureux et fiers d’avoir consacré une partie de votre temps pour donner de la beauté à notre liturgie et à l’art du chant choral pour la plus grande gloire de Dieu.


Merci. Ad multos annos !

Le 21 octobre 2010

Interview de Joseph Ruscon par J.F. Duchamp en 2010Interview de Joseph Ruscon par J.F. Duchamp en 2010

Lire la suite

Publié le par Jean François Duchamp

Après le concert du Requiem de Brahms par le Choeur Mixte de la Primatiale le 14 mai 2008 en l' Eglise de l 'Annonciation à Lyon, petite réception à la Maitrise. Voici une photo souvenir : Joseph Ruscon est entouré de Thibaut Louppe, François René Duchable, Jean-François Duchamp et Jean-Cladue Pennetier devant l'orgue. Ce fut un grand moment !

Thibaut Louppe, François-René Duchable, Joseph Ruscon, JF Duchamp et J.Cl. Pennetier

Thibaut Louppe, François-René Duchable, Joseph Ruscon, JF Duchamp et J.Cl. Pennetier

Lire la suite

Publié le par Jean François Duchamp

Le 19 mars, nous avons fêté les 93 ans de Joseph Ruscon avec sa compagne José , Georges et Denyse Espiard. Il y a encore un mois, il a donné une conférence sur la Chartreuse du Reposoir à l' Académie Florimontane d'Annecy. Ancien professeur d'orgue du Conservatoire d'Annecy, il a même créé la classe d'orgue. C'était aussi sa fête, puiqu'il s'appelle Joseph. Joseph Ruscon a fait un don magnifique à la Maîtrise : son orgue personnel de 9 jeux, magnifique instrument construit par le facteur Schwenkedel d'Alsace. Alors, BON ANNIVERSAIRE ET BONNE FETE

Joseph Ruscon entouré par José, Denyse et Georges Espiard et JFDJoseph Ruscon entouré par José, Denyse et Georges Espiard et JFD

Joseph Ruscon entouré par José, Denyse et Georges Espiard et JFD

Lire la suite

Publié le par Jean François Duchamp

Quelques vues du printemps à Annecy. Ce lac est tojours aussi beau. Avec le changement de temps, les couleurs sont magnifiques. A déguster ...en plus du paysage sur le lac et les montagnes ( dents de Lanfon, le Lanfonnet, la Tournette), deux oiseaux : harle-bievre et cygne

Vues de ma "datcha" annécienne !Vues de ma "datcha" annécienne !
Vues de ma "datcha" annécienne !Vues de ma "datcha" annécienne !

Lire la suite

Publié le par Jean François Duchamp

A regarder sans se lasser surla musique du Canon de Pachelbel. Le carnaval vénitien d'Annecy n'a rien à envier à son grand frère. Mais Annecy n'est elle pas la Venise des Alpes !

Lire la suite

Publié le par Jean François Duchamp

faites vous plaisir en conmplant des magnifques constumesn et masques. beaucoup de travail. un masque est très cher ; beaucoup les réaisnet eux mêmes ! félicitations. pour une fois que la beauté envahit le monde. On en redemande !

Encore des photos du carnaval vénitien d'Annecy
Encore des photos du carnaval vénitien d'Annecy
Encore des photos du carnaval vénitien d'Annecy
Encore des photos du carnaval vénitien d'Annecy
Encore des photos du carnaval vénitien d'Annecy
Encore des photos du carnaval vénitien d'Annecy
Encore des photos du carnaval vénitien d'Annecy
Encore des photos du carnaval vénitien d'Annecy
Encore des photos du carnaval vénitien d'Annecy
Encore des photos du carnaval vénitien d'Annecy
Encore des photos du carnaval vénitien d'Annecy
Encore des photos du carnaval vénitien d'Annecy

Lire la suite

Publié le par Jean François Duchamp

Depuis 18 ans, l'association Aria organise le carnaval vénitien d'Annecy. Plus de 200 masques venus de France et de l' étranger ont déambulé dans les rues de la Venise des Alpes pendant deux jours les 16 et 17 Février. Débordement de couleurs et de formes, déambulations sur un podium... Un régal pour les yeux dans un site exceptionnel.

Le Carnaval vénitien...à Annecy en 2014

Lire la suite

Publié le par Jean François Duchamp

Demain Lundi 17 Mars sur RCF à 14 h, je réalise une émission sur C. Philipp Emanuel Bach à l'occasion du tricentenaire de sa naissance ( 8 Mars 1714). Une présentation de ce deuxième fils des quatre enfants musiciens de Bach. On l'appelle aussi le Bach de Berlin où il fut claveciniste du roi Frédéric le Grand ou de Hambourg où il succéda à son parrain Georg Philipp Telemann. A 15 h , je presenterai quelques nouveautés du disques, en particulier des extraits de la messe des Paroisses de Couperin par Jean Paul Lecaudey et des extraits du Winterreise ( Le voyage d'hiver) de Schubert par Jonas Kaufman

Carl Philipp Emanuel Bach...sur RCF

Lire la suite

Publié le par Jean François Duchamp

Jeudi 13 Mars 2014, une visite dans cette belle ville d'Annecy avec deux très bons amis, Dominic Faricier Nicolas Gabaron (ici dans la vieille ville, sur le pont sur le Thiou devant l' ancienne prison). La découverte du Château des ducs de Genève et cette église baroque St François de Sales. St François est mort à Lyon à côté de l' Eglise St François proche de la place Bellecour. Son corps a été transporté dans cett église pour reposer auprès et celui de St Jeanne de Chantal ( fondatrice des Soeurs de la Visitation). Son coeur est resté chez les soeurs à Lyon. Quand la communauté lyonnaise a été dispersée, son coeur a été envoyé au monstère de la Visitation à Trévise ( Italie). St François est l'auteur d'un petit livre magnifique "Introduction à la vie dévote" : recueil d'excellents conseils pour une vie spirituelle. Ne pas s'arrêter au mot "dévote" qui a aujourd'hui une connotation péjorative. Ce livre connut un très grand succès, et même encore aujourd'hui.

Visite d'Annecy avec Dominic et Nicolas

Lire la suite

Publié le par Jean François Duchamp

Magnifiques journées de ski à la Giettaz et à La Clusaz avec mon cher filleul Timothée. Nous voici, lors d'une pause, à la Giettaz, plus exactement à Mégève et Combloux véritable balcon sur la chaine du Mont Blanc : l'un des plus extroardinaires paysages avec le Mont Blanc et l'Aiguille du Midi. Quelle chance d'avoir un si beau temps.

Au ski avec mon filleul Timothée

Lire la suite

Publié le par Jean François Duchamp

Diamnche 16 Mars 2014, à 17 h en la Primataile St Jean Baptiste de Lyon, magnifique concert d'orgue par Jan Willem Jansen.

Evidemmnent sur le superbe orgue de Ahrend, situé idéalement dans la nef latérale gauche. Cet endroit valorise l'instrument comme le buffet. Cet emplacement est provisoire pendant les travaux. il ira ensuite dans la nef latérale droite mais juste avant le transept. ce qui devrait être un endroit parfait...Il sera alors sur une trinune devant la chapelle.

venez découvrir et le nouvel empalcement de l'instrumenet et l'organiste de grande renommée.

Entrée libre

Concert à la Primatiale :

Lire la suite

Publié le par Jean François Duchamp

Un très beau texte de Mgr Cornillon qu'il prononça lors d'un concert de gala de la Maîtrise (Lire un peu plus bas)

Mgr Cornillon fut vicaire général pendant environ 25 ans du temps du Cardinal Renard et du Cardinal Decourtray. Il succéda comme Secrétaire Général de l'Archevêché à Mgr Joatton quand ce dernier devint Evêque de St Etienne. Il fut ordonné prêtre en 1961. il est décédé vendredi 7 Mars 2014. les Choeurs de la Primatiale lui doivent beaucoup pour le soutien qu'il apporta en particulier lors de la création de l' école maîtrisienne. Merci Père Cornillon pour votre accueil et votre bonté. Ses funérailles seront célébrées sous la préidence du Cardinal Barbarin, lundi 10 Mars à 16 h 30 en la Cathédrale St Jean

Mgr Abel Cornillon nous a quittés. 1924-2014

Au Maître de Chapelle,

Aux Présidents,

A vous Mesdames, Messieurs,

En quelques mots :

"Si la musique nous est si chère, c'est qu'elle est la parole la plus profonde de l'âme"... C'est Romain Roland, écrivain du XIXème siècle, passionné de musique et qui fut l'auteur d'une "Vie de Beethoven" (1903).

Par son art, l'homme exprime un idéal. Il s'efforce d'atteindre la perfection que nous pouvons concevoir ou souhaiter. "L'art, écrivait François Mauriac est un pressentiment d'éternité".

Mes jeunes amis, avec votre Maître de Chapelle, vous nous avez fait accèder aux propylées de l'Acropole, mieux encore au vestibule du Paradis...

Une oeuvre d'art - c'est le concert dont nous avons été les témoins - nous emporte vers un monde autre, tout autre, croyants ou non croyants. Le croyant nomme ce Tout Autre. Le chrétien dit : "Mon Seigneur ou il ne dit rien. Il adore !

Ainsi une oeuvre d'art me permet d'appréhender, d'approcher notre Dieu ! Foi !

Un Chef d'oeuvre nous transforme. Un Chef d'oeuvre nous permet d'espérer grâce à la beauté écoutée.... Tout n'est pas médiocre en ce monde ! Tout n'est pas laid en ce monde ! Mesdames et Messieurs nous avons pu rêver à un monde où la beauté aura plus de place, nous avons pu rêver en quelque sorte à un monde plus beau. Une Chapelle Sixtine, un vitrail de Chagall... un concert de gala comme celui-ci vous fait entrevoir un monde fabuleux, merveilleux vers lequel subitement nous éprouvons le désir de marcher. Espérance !

La beauté exprime l'amour, l'amour de charité. Le beau, le chef d'oeuvre nous dit l'existence quelque part d'une bonté. L'oeuvre d'art prend naissance dans la bonté. Elle est en quelque sorte enfantée avec des "germes de vie" qui sont bonté, convivialité, fraternité, amitié, amour, agapé ! Charité !

Mesdames, Messieurs, pardonnez cette longueur. Je voulais tellement leur dire combien nous avons communié dans des sentiments d'une qualité qui nous portait vers ce sacré...

Oui, Mesdames, Messieurs, mes jeunes amis, la beauté conduit à l'ineffable !

Merci beaucoup.

A vous, Petits Chanteurs de Lyon,

Merci, Merci infiniment.

Mgr Abel Cornillon

Lire la suite

Publié le par Jean François Duchamp

On l'appelle le rétable St Joseph ( en lien avec le réable de gauche consacré à Marie). mais en fait, le personnage principal St Pierre au centre ( le St Patron de l'église). Il est entouré d'un cardinal et de St Roch. Ce dernier est représenté montrant son bubon (infection à la jambe). Il voulait soigner les malades de la peste de 1348, appelée peste noire ou bubonique. Il l'attrapa lui aussi. Afin de ne pas infecter les autres, il se retira dans un bois et un chien lui apporta chaque jour un pain dérobé à son maître. C'est pourquoi on appelle ce chien St Roquet...d'où le nom d'un chien : un roquet. Souvent ce terme est péjoratif pour un chien : vous penserez à partir de maintenant qu'il en est tout autrement. Il a sauvé St Roch de la faim. Quel bel exemple !

Le rétable à droite de l' Eglise d'Argentières (74)
Le rétable à droite de l' Eglise d'Argentières (74)Le rétable à droite de l' Eglise d'Argentières (74)Le rétable à droite de l' Eglise d'Argentières (74)

Lire la suite

Articles récents

Hébergé par Overblog